Tout le monde reconnait aujourd’hui le rôle essentiel des abeilles pollinisatrices indispensables à la vie de notre éco- système et composantes clés d’une agriculture durable.

Notre alimentation dépend de la pollinisation : noisettes, pommes, poires, brocolis, oignons, cerises, concombres, …. Sur 100 espèces cultivées pour notre alimentation, 71 sont pollinisées par les abeilles mellifères.

Le rôle des abeilles en trois principes

Les abeilles pour subvenir aux besoins de leur société, agissent ensemble de manière coopérative. Chaque matin, elles envoient des éclaireuses pour optimiser la production du jour.

La polyvalence. Chaque abeille ouvrière va occuper sept fonctions successives dans sa vie : nettoyeuse, manutentionnaire, maçon (fabrication des rayons de cire), ventileuse pour rafraîchir la ruche, gardienne pour empêcher l’intrusion de prédateurs et butineuse.. Comme l’abeille se transforme pour satisfaire aux différents besoins de la ruche, chacun au sein de l’entreprise devrait pouvoir s’adapter à différents postes. 

Développer une intelligence collective. L’abeille comme l’homme doit maintenir son corps à une température constante. Il faut donc coopérer pour développer une intelligence collective et solutionner des problèmes, que chacun individuellement ne pourrait résoudre. Les abeilles le résolvent en s’agglutinant toutes dans un ingénieux dispositif de grappe, constitué d’un cœur et d’un manteau l’hiver, et d’un système de couloirs, ventilation et brumisation l’été.

Autre exemple d’intelligence collective : le vol d’un essaim d’abeilles. Des chercheurs de l’université d’Harvard sont parvenus à créer des robots-abeilles sur ce modèle. Il ont équipé les abeilles de capteurs et de caméras pour permettre à chaque robot-abeille de collecter des données pouvant être transmises entre abeilles ou directement à la « ruche », c’est-à-dire le poste de commande des machines. Les chercheurs comptent répartir les tâches de repérage, d’exploration et de cartographie entre les groupes d’abeilles, comme dans une véritable colonie. De quoi effectuer des repérages dans des zones difficiles d’accès ou irradiées, mais aussi surveiller des cultures et les ensemencer ou encore mesurer l’évolution du climat dans des espaces restreints.

L’interview de Pierre Marigo, apiculteur et producteur de miel par Emilie Bonutto

Apiculteurs récoltants depuis l’an 2000, nous sommes situés en Haute Savoie, dans la vallée des Usses, à proximité du Rhône.
Nous déplaçons nos colonies au gré des floraisons dans les départements de l’Ain, de la Savoie et de la Haute Savoie.
Nous sélectionnons les emplacements les plus naturels pour offrir à nos abeilles les meilleures conditions de vie et vous proposer un miel de terroir de haute qualité.
Nos activités sont variées et passent par la production de miel et de pollen, le renouvellement du cheptel et la fabrication des essaims et des reines ainsi que la formation des apiculteurs.

Comment êtes-vous devenu apiculteur ?

J’ai toujours souhaité être producteur. L’apiculture ne nécessitait pas d’investissement conséquent en foncier et en bâtiment. C’est en 2000 que j’ai acheté ma première ruche que j’ai installée en plein cœur d’Annecy le vieux…

Comment s’organise votre activité ? A quoi ressemblent vos journées ?

Il n’existe pas de journée type. L’activité apicole est rythmée par les saisons. En période de production (avril à août), les journées débutent par les transhumances qui se font tôt le matin (4h avant que les butineuses ne quittent la ruche) pour les déplacer sur des lieux de production en fonction des floraisons. La gestion de l’essaimage est également un moment très prenant car il faut ouvrir toutes les ruches toutes les semaines afin de contrôler la présence de cellules royales qui implique que la reine va partir de la ruche avec la moitié des abeilles. En saison, toutes les 3 semaines, nous procédons à la récolte et à l’extraction des miels mono floraux. La fin de saison est consacrée au renouvellement du cheptel avec l’élevage des reines et l’élaboration des futures colonies. La mise en pots, l’étiquetage et le tri du pollen font également partie des activités réalisées. La commercialisation se fait essentiellement en automne.

Quel est le rôle des abeilles dans notre environnement ?

Les abeilles jouent un rôle fondamental dans le transport des gamètes mâles (le pollen) sur les gamètes femelles des fleurs (le pistil). C’est ce qu’on appelle la pollinisation. Elles sont donc indispensables dans la fécondation des plantes à fleurs permettant ainsi la création des graines et des fruits que nous consommons quotidiennement. 75% de la diversité de notre alimentation dépend des abeilles. Sans elles, nous mangerions principalement des pâtes mais sans sauce tomate… Elles sont donc essentielles à la survie de l’humanité. Précisons que les abeilles domestiques ne représentent qu’une espèce d’abeille parmi le millier que nous recensons en France. Ce sont donc bien toutes les abeilles qui assurent la pollinisation.

Est ce que vous pensez que nous pourrions nous inspirer des abeilles en entreprise ? ( projet commun, polyvalence, intelligence collective, la durabilité)

Chaque abeille effectue toutes les tâches de la ruche de manière chronologique de sa naissance à sa mort (6 semaines). On parle de polythéisme d’âge. Ainsi, chaque abeille connait parfaitement les différentes tâches à effectuer au sein de la ruche. Cet ingénieux système permet ainsi à chacune d’acquérir une grande polyvalence et de remplacer les cohortes manquantes. Seule la tâche de reproduction est dédiée exclusivement à la reine. L’entreprise peut parfois spécialiser les gens dans certaines tâches et bloquer une certaine dynamique en cas d’absence de certains collaborateurs qui ne peuvent être remplacés faute de compétences.

Quels sont les bienfaits du miel et des autres produits sur la santé ?

Les produits de la ruche sont des produits non transformés. Ils sont récoltés et directement mis en pots (miel) ou consommables (gelée royale, pollen propolis). Les propriétés de chacun des produits sont innombrables pour la santé. Antiseptiques et cicatrisantes pour le miel et la propolis, reminéralisantes pour le pollen frais et revivifiantes pour la gelée royale. Il existe d’ailleurs une science qui permet de mettre en valeur les bienfaits des produits de la ruche : l’apithérapie. Bon nombre de civilisations les ont utilisés comme produits médicinaux (égyptiens, incas…)

Auriez-vous des références de livres pour enfants pour leur permettre de comprendre le rôle des abeilles ?

Et, pour les adultes ?

Nous proposons également des formations pour les apiculteurs, de l’initiation au perfectionnement.

L’interview de Nicolas Lacire, paysagiste par Marie Calonne

Nicolas Lacire est paysagiste partenaire La Minut’Rit. Ce dernier vient de se lancer dans l’apiculture c’est tout naturellement que nous avons souhaité l’encourager dans cette nouvelle aventure.

Nicolas, quel a été l’élément déclencheur qui t’amène aujourd’hui à vouloir débuter une activité d’apiculture ? Quelles sont tes motivations ? 

J’ai plusieurs éléments qui m’ont permis de me lancer : 

  • 1) avoir des parcelles sans produits phytosanitaires et engrais chimique. Cela permet aux abeilles de se développer le plus sainement possible. 
  • 2) l’envie de préserver les abeilles pour la pollinisation des plantes. 
  • 3) cela me permet de développer mon activité en plus des mes gelées (environ une quinzaine différentes cette année mimosa, romarin, Ortie, violette, Primevère, rose, coquelicot, sureau, épicéa, nordmann, pissenlit, menthe….) 

Comment te formes-tu à l’apiculture ?

  • 6 séances étalées sur l’année d’ approche de l’apiculture. 
  • Des journées chez des apiculteurs. 
  • De l’observation sur mes propres ruches.

Comment envisages-tu les prochaines étapes afin de proposer prochainement de commercialiser ton miel bientôt récolté ? 

Je suis en train de créer une boutique en ligne pour les gelées donc on pourra y introduire le miel mais aussi sur les points de vente au moment de la vente des sapins de Noël. 

Selon toi, quels sont les bienfaits du miel et des autres produits sur la santé ? 

J’en consomme presque tous les jours en hiver pour éviter les mots de gorge (ça évite de perdre mon temps chez le médecin 🙂 ) 
En attendant d’obtenir l’url de sa boutique en ligne, vous pouvez contacter Nicolas Lacire

Miel abeille illustration

Les abeilles en entreprise

Marie Calonne a rencontré Sophie Le Tendre, Directrice marketing et communication de chez Net Plus.

Comment ce projet a émané au sein de votre entreprise ? 

Nous avons été contactés par Beecity, une entité qui a pour vocation de transformer les espaces verts des entreprises en refuges de biodiversité. Sensibles et conscients qu’une entreprise comme la nôtre puisse avoir un rôle à jouer dans la réduction de nos impacts sur la biodiversité, nos dirigeants ont tout de suite accepté de faire installer 2 ruches. Depuis 80 000 abeilles résident au siège de Net Plus. 

Quelles ont été les étapes clés au démarrage ?

Nous avons organisé, en octobre dernier, l’inauguration pour présenter auprès des collaborateurs ce nouveau projet environnemental original et porteur de sens. 

Pour les collaborateurs et l’entreprise, c’est l’occasion de se reconnecter avec la nature et de mesurer le rôle crucial des abeilles dans la pollinisation et notre écosystème. Parallèlement, c’est appréciable pour chacun de consacrer du temps pour s’intéresser à d’autres projets annexes à notre travail et d’avoir l’opportunité de suivre, sur son lieu de travail, et en temps réel, le fonctionnement des ruches, ou encore l’organisation des abeilles, jusqu’à l’extraction du miel et la mise en pots.

Pourriez-vous nous en dire davantage sur les activités prévues en interne ?

Courant l’année, différentes actions participatives sont proposées grâce à notamment aux visites de Jérémy, le fondateur de Beecity à Rennes. En période apicole, soit entre mars et juin, les interventions sont bimensuelles. 

Par exemple, lors des passages de Jérémy, chaque collaborateur est prévenu en amont de sa venue. Chacun peut se rendre sur la terrasse pour observer Jérémy lors de l’ouverture des ruches, et poser ses questions autour des mondes des abeilles (leur organisation, leur déplacement, leur âge, leur technique de géolocalisation etc.) et de la fabrication du miel.(qu’est ce qui fait qu’un miel est solide ou liquide par exemple, sur les différences entre les miels que l’on retrouve en supermarché et ceux directement chez l’apiculteur).

Ces interactions autour de ces ruches sont très enrichissantes et lors de chaque visite, on se rend compte que de nouvelles questions émergent entre temps, c’est passionnant. 

En ce qui concerne la récolte du miel, et la mise en pots , les salariés sont-ils acteurs ?

Actuellement, nous n’avons pas encore fait de récolte, étant donné que l’installation des ruches a été faite tout juste avant la trêve hivernale. Cependant nous organisons actuellement un concours auprès des collaborateurs sur la réalisation de la fameuse étiquette au nom de l’entreprise qui viendra s’apposer sur nos premiers pots. Prochainement, l’élection se tiendra grâce à la présence d’un vrai jury. C’est une action bien concrète qui va peut-être permettre de découvrir des talents créatifs dans nos équipes.  

Un samedi en juin ou  juillet, nous organisons une journée dédiée à « la cuvée Net Plus » !  Plusieurs ateliers seront proposés, de l’ouverture des ruches, à la mise en pot. Nos collaborateurs pourront venir en famille, ça va être un très bon moment ! 

Pour aller plus loin :

Vous aimeriez en savoir plus sur la faisabilité d’installer des ruches sur le toit de votre entreprise ? Contactez votre concierge, il se fera un plaisir d’identifier les acteurs locaux qui proposent ce service afin de vous informer et/ou vous accompagner dans la démarche.

Cet article vous est proposé par Marie Calonne, dirigeante de La Minut’Rit, conciergerie d’entreprise à Rennes et Emilie Bonutto franchisée La Minut’rit Haute-Savoie.