Sandra Fillaudeau les équilibristes

Sandra Fillaudeau a créé le podcast les équilibristes, elle questionne des hommes et des femmes sur les notions d’ambition, de réussite, de conciliation entre carrière et maternité/paternité et d’intégration des différentes facettes de notre vie. Maman de deux enfants, Sandra est passionnée par les sujets d’équilibres. Elle a fondé “Conscious Cultures” et accompagne les entreprises à mieux comprendre et prendre en compte les aspirations de leurs salariés notamment en termes d’équilibre de vie, pour créer les conditions qui leur permettent de bien travailler. 


Cécile TAUVEL, la cofondatrice de la conciergerie La Minut’Rit; lui a demandé de répondre à quelques questions et de donner des conseils :

L’interview de Sandra Fillaudeau

Sandra, tu as récemment écrit une tribune dans Welcome to the Jungle qui a beaucoup fait réagir les lecteurs.Tu y expliques que tu préfères parler d’intime et de public plutôt que d’utiliser l’expression « équilibre vie pro / vie perso ». Quel message souhaites-tu transmettre ?

J’ai écrit cette tribune à la suite de mon interview dans Welcome to the Jungle, pour aller plus loin. Cela faisait un moment que je me disais qu’opposer vie personnelle et vie professionnelle n’avait que peu de sens. La période que nous vivons n’a fait que rendre encore plus évident le fait que nos vies sont extrêmement mêlées. Et nous le vivons chacun.e au quotidien.

Qui peut dire qu’il ou elle laisse ses soucis personnels lorsqu’il franchit la porte du bureau le matin ? Qui n’a jamais eu à gérer un coup de fil “personnel” pendant la journée de travail ? De même, quand on a vécu une journée difficile au travail; ou au contraire une grande satisfaction; on peut avoir envie ou besoin d’en parler à la maison. Sans parler des compétences que l’on développe dans les différentes sphères et qui font que l’on est soi; sans distinction pro / perso. Les sphères ne sont pas si hermétiques, notre vie n’est pas une boîte à bento avec des compartiments bien distincts !

Notre vie n’est pas une boîte à bento avec des compartiments bien distincts !

Sandra Fillaudeau, créatrice des Equilibristes

Mais je me suis aussi dit qu’une fois qu’on a dit ça, ce n’est pas satisfaisant de s’arrêter là. On se rend bien compte qu’on a quand même besoin de barrières, de sas. Qui n’a pas souffert l’année dernière de devoir travailler à la même table où l’on fait faire les devoirs à ses enfants et où l’on partage un repas en famille ?

On a besoin de pouvoir parler du perso dans le pro. La distinction que je trouve plus intéressante que le pro et le perso, c’est l’intime et le public. On peut partager des choses très personnelles dans le contexte professionnel (la maladie d’un proche par exemple). Mais en mettant en place la barrière de l’intime. Ainsi, le contexte professionnel tient compte du personnel; ce que demandent les salarié.es aujourd’hui, mais chacun.e peut préserver le niveau d’intimité avec lequel il ou elle est à l’aise.

Qu’est-ce qui t’a motivé à réaliser ce podcast “les équilibristes” ? 

J’ai créé Les Equilibristes pour répondre à mon propre besoin : lorsque je suis devenue mère pour la première fois, j’ai été promue à mon retour de congé maternité. Au-delà de la formidable expérience professionnelle que cette opportunité a représenté, je me suis sentie très tiraillée entre les responsabilités liées à mon poste exigeant, et mon envie de présence auprès de mon enfant, sans parler de temps pour nourrir les autres facettes de ma vie qui font que je suis moi.

Face à ça, je me suis sentie très seule et isolée, sans modèles de “réussite” féminine plus nuancée que l’image de la working mum qui ne voit jamais ses enfants le soir, ou la femme qui a renoncé à sa carrière pour prioriser sa vie de famille. Sans aucun jugement pour ces choix, ce n’étaient pas les miens, et je voulais entendre parler de ces questions que l’on se pose quand on veut nourrir une ambition personnelle & professionnelle, sans sacrifier un côté ou l’autre et sans s’épuiser. D’où le logo, une esperluette, parce que ce qui m’intéresse dans le podcast, c’est “comment on crée les conditions du & plutôt que du ou ?”. Très vite, j’ai aussi intégré des interviews de pères, convaincue que le sujet doit être mixte.

Les équilibristes le podcast
Podcast Les équilibristes

Que t’ont appris tes invités ?

Énormément de choses. Globalement, je dirais que ce qu’ils ont en commun et ce que j’essaie de transmettre dans ce podcast, c’est la nécessité de trouver ses propres définitions des mots équilibre, réussite, ambition, bonheur aussi. C’est l’exercice le plus difficile, qui demande de s’affranchir des attentes, implicites ou explicites, que l’on a intégrées au cours de sa vie (et il y en a beaucoup, aussi bien autour de la parentalité que de la définition du “travailleur idéal” – et bien sûr elles sont contradictoires les unes avec les autres :)). Cela demande de bien se connaître, d’expérimenter et de partager avec d’autres qui vivent des choses similaires.

Les équilibristes

Quels conseils donnerais-tu à un DRH sur ces sujets d’équilibres ?

Ce sont évidemment des sujets fondamentaux pour les entreprises ! L’équilibre vie pro / vie perso étant en tête des critères de choix de poste pour les cadres et les jeunes diplômés depuis plusieurs années déjà. Les entreprises doivent donc prendre ces sujets à bras le corps, pour rester compétitives.

Une fois ce cadre posé, je dirais que le conseil le plus important est aussi le plus évident. Il faut être à l’écoute. On ne peut pas savoir à l’avance ce dont les collaborateurs ont besoin si on ne leur a pas posé la question. C’est pour cela que j’ai développé une méthodologie d’audit des collaborateurs.trices, qui permet de comprendre en détail leur expérience. Ce dont ils ont besoin, et de prioriser les sujets et les plans d’actions. On se rend souvent compte qu’il y a des actions peu coûteuses et assez simples à mettre en place et qui peuvent faire une grande différence.

Il y a aussi la question de la culture d’entreprise, de ce qui y est accepté de manière implicite et explicite. Il y a un travail à faire pour normaliser un certain nombre de sujets pour qu’ils n’en soient plus. Je crois beaucoup à l’incarnation par les managers et dirigeants. Par exemple, un dirigeant qui exprime ouvertement le fait qu’il est absent pour s’occuper de son enfant malade rend un grand service à tous. Il normalise cela, tout en montrant que ça ne représente pas un problème pour l’entreprise. Il enlève par la même occasion un poids important de culpabilité à tous les parents qui n’osent pas parler de leur quotidien de parent au bureau par peur de sembler moins efficace, motivé.e. ou engagé.e.

Selon toi, en quoi cela favorise-t-il l’engagement des collaborateurs et la marque employeur ?

Les études (et le bon sens !); montrent qu’un collaborateur qui se sent compris et pris en compte est fidèle et engagé à l’entreprise. Il ne faut pas sous-estimer la valeur perçue par les collaborateurs d’avantages immatériels, comme une culture d’entreprise family-friendly, et matériels, comme une crèche d’entreprise, un service de conciergerie, etc… Encore hier, on me racontait l’histoire d’un cadre supérieur, démarché par une autre entreprise pour un poste plus prestigieux et un salaire plus important. Il a décliné le poste, car il n’y aurait pas de place en crèche, et estimait que la valeur de cette place en crèche était très élevée dans son équilibre de vie.


Les questions “inspiration”

Qu’est-ce qui te plaît dans tes missions au quotidien ?

Ce qui me plaît le plus, c’est d’accompagner des décideurs, des DRH, des managers dans la transformation de leurs entreprises; vers une meilleure prise en compte de l’ensemble de la vie de leurs salarié.es. C’est un honneur de les aider dans leurs réflexions; leur donner les outils pour se poser les bonnes questions, et aboutir à des solutions qui font une vraie différence. 

Les échanges avec des personnes d’univers variés, avec des problématiques spécifiques me passionnent. Me plonger dans leur réalité pour la comprendre et mettre en place des actions impactantes est une grande source de motivation pour moi. 

Ce n’est pas pour rien que j’ai lancé un podcast ! J’adore rencontrer de nouvelles personnes, et poser les questions qui font avancer.

Et toi, comment équilibres-tu ta vie personnelle et professionnelle, ou plutôt devrais-je dire intime et publique ?

J’équilibre tout ça en restant très flexible. Je suis convaincue que la clé de l’équilibre est dans le mouvement. Aussi bien symbolique (comment je réajuste régulièrement pour nourrir tous les pans de ma vie qui comptent pour moi); que physique (l’activité physique régulière est un élément essentiel de mon équilibre). 

Qu’est-ce qui te fait gagner du temps ?

Je gagne du temps quand je planifie mes journées et semaines de manière très claire. Ainsi j’évite les moments de flottement. On passe d’une tâche à une autre, et j’ai une vision très claire de ce que je souhaite accomplir et du temps dont je dispose pour le faire.

Objectifs et ambitions

Qu’est-ce qui te fait gagner de l’énergie ?

De rester très à l’écoute de moi-même. Quand je sens que je fatigue, je dépriorise certaines tâches ; ou je m’arrête et fais une activité qui me fait du bien. Je suis à mon compte. J’ai conscience que c’est une chance d’avoir cette souplesse horaire-là ! Mais il m’arrive de partir courir en plein milieu de l’après-midi quand je sens que je sature; d’être devant mon écran; ou que j’ai besoin de prendre du recul sur une situation. L’écoute de soi est très importante, et ça a été un vrai apprentissage pour moi.

Pour quelle cause ou dans quelle association es-tu engagée ?

Je suis une membre active de Lean In, association mixte qui vise à promouvoir l’égalité femmes-hommes via l’empowerment féminin. J’y suis membre d’un cercle sur les RH, et interviens régulièrement pour des ateliers sur mes sujets d’expertise. 

Je suis aussi mentor sur le site Myjobglasses depuis plusieurs années. C’est une plateforme formidable qui permet aux étudiant.es d’échanger avec des personnes qui travaillent dans les domaines qui les intéressent. C’est très intéressant de partager son expérience pour aider à leur orientation. A titre professionnel, ça me permet d’être à l’écoute aussi des questions, besoins et motivations des jeunes générations qui entrent sur le marché du travail.

 Qu’est-ce qui t’inspire ? (une personne, un livre, une œuvre d’art…)

Sincèrement, tout m’inspire ! Je lis énormément, écoute beaucoup de podcasts, pose beaucoup de questions, à toutes sortes de personnes. Ce sont toutes ces expériences qui se croisent et se nourrissent qui m’inspirent.

Pour en savoir plus : 

Cette interview vous est proposée par Cécile Tauvel, co-fondatrice de La conciergerie d’entreprise La Minut’Rit et Sandra Fillaudeau fondatrice du podcast Les équilibristes

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle « La Minut’pressée » avec les astuces d’experts du mois pour mieux vivre et s’engager au quotidien ainsi que des conseils pour développer la marque employeur de son entreprise.